C’est presqu’avec une boule au ventre et un sentiment de brume dans le coeur que j’aborde le sujet d’aujourd’hui. Pourtant il faut bien le faire… si nous n’en avons pas le courage, alors tous nos efforts, tout ce que nous apprenons par risquent bien d’être en vain, ruinés.

Je veux vous parler de l’ennemi n°1 de notre réussite, celui qui va ruiner vos efforts, vous laisser impuissant et sur le carreau alors que vous avez l’impression de tout faire pour y arriver. Invisible, sournois, tellement bien installer dans nos fonctionnement que nous n’en avons plus conscience:

Monsieur Déni.



(A ce stade, peut-être voulez-vous laisser tomber votre lecture en pensant « ah oui je connais le sujet… » et savez-vous qui vous parle à ce moment même? Monsieur Déni lui-même qui n’a pas envie que vous alliez plus loin. Se dire « je connais, je sais déjà » est généralement un signe que vous ne voulez pas voir quelque chose… )

Dans mes séminaire, je le compare à un CRS intérieur qui garde la porte de notre plus grand trésor et nous ramène à coup de crosse à notre place, derrière la ligne blanche de nos conditionnements de nos peurs, de nos habitudes, de nos loyautés familiales.

« Ne sous estimez jamais la puissance du déni » , je note cette phrase d’Alex Mandossian mentor en marketing dont je suis l’enseignement à Londres il y a quelques années.

Est-ce que vous vous dites parfois: « je sais bien que je devrais faire ceci ou cela, changer telle chose dans ma vie mais…. » et là vous énumérez toute une série de bonnes raisons apparemment pleinement rationnelles et assumées pour ne pas … vous respecter au final.

Il est possible d’accepter de ne pouvoir faire mieux à condition d’être en recherche active de solutions! « Je sais que là ça ne va pas, je ne peux pas changer les choses … et je me mets en route pour trouver soutien et ressources et y parvenir. »

Autre signe de déni le genre de phrases comme :
« je n’ai pas le choix »
« je ne peux pas lui faire ça! »
« si je …., je risque trop de … »

Le truc est assez simple en fait: lorsque vous comprenez réellement la cause, alors Monsieur Déni meurt sur le coup. Vous défaites le noeud caché et vous êtes libre. Il vous semble insupportable de rester une seconde de plus dans la situation toxique, vous mettez fin en un coup de fil à la relation qui vous pesait depuis des années, vous déménagez en quelques semaines, vous n’allez pas au boulot et posez votre démission: vous êtes prêt à tout, même tremblant devant l’inconnu, tout sauf revenir en arrière, ce n’est juste plus possible pour vous.

Le hic: nous sommes tous de grands experts dans l’art de nous donner de bonnes raisons de rester dans le passé. Il est plus facile d’échafauder des thèses sur le pourquoi vous ne quittez pas ce job qui vous détruit, pourquoi vous restez auprès de cette personne qui vous bouffe et vous utilise pour ces besoins, pourquoi vous n’arrivez pas à prendre soin de vous et de votre santé que d « aller voir » le vrai pourquoi.

De plus ces bonnes raisons sont en effet « bonnes » apparemment, elles sont honorables et raisonnables. La limite est: êtes-vous vraiment en train de suivre votre chemin de vie? Lorsque vous êtes dans cette situation, est-ce que vous donnez le meilleur de vous au monde? Est-ce que vous vous sentez plein d’énergie et d’entrain le matin en vous levant avec l’esprit clair et l’envie joyeuses de réaliser toutes les actions qui vous attendent ?

Vous voyez où je veux en venir.
La clé pour sortir de là est:

>> soyez lucide sur votre état.

Votre état de santé et physique, votre état mental, votre état émotionnel. L’état de vos résultats.
Si vous êtes fatigué, tendu, avec la tête trop pleine, souvent impatient ou énervé…
Si vous n’êtes pas bien dans votre corps, que vous ne l’appréciez au fond pas, que vous enchaînez les régimes ou tentatives de cesser de fumer en vain, que votre abonnement à la salle de sport a été payé pour rien…
Si vous n’arrivez pas à avoir de relations satisfaisantes, que ce soit en amitié ou en amour, vivez seul ou en conflit à répétition dans votre couple…
Si vous enchaînez les problèmes professionnels ou financiers…
Il faut changer quelque chose.

Arrêtez de vous donner de « bonnes » raisons pour subir ce qui ne vous fait pas du bien.

Avez-vous conscience que … vous passez votre vie à la sacrifier?

Passer le cap vous semble insurmontable? FAITES VOUS AIDER.
Une claire conscience en face de vous vous permet de faire le point et de déjouer ce qui vous ligote à l’intérieur. Soyez humble et prêt à prendre une claque. Ayez le courage de traverser des émotions fortes. Une émotion ne vous tuera jamais. Rester dans une situation toxique vous assassine à petit feu.

Quels sont les causes du déni? Comment se met-il en place?
Comment le déceler et oser faire face aux conséquences désastreuses sur notre vie?
Quels sont les étapes pour le déjouer, en sortir, et nous élever, enfin libres de vivre pleinement?

Je développe en détail ces thématiques dans un article qui sera publié dans notre groupe privé Face Book. Dans cet article, je m’appuie sur ma propre expérience, car j’ai du moi aussi au cours de mon parcours faire des choix difficiles pour assumer mon vrai chemin de vie. Je prends en exemple des études de cas de personnes que j’ai aidées à dépasser les blocages qui les tenaient pieds et poings liés dans l’auto-destruction, le sacrifice et le déni. Si vous vous sentez prisonniers de ce type de situation, il vous serait utile de le lire!

Si vous souhaitez avoir accès à ces contenus plus poussés: articles, conférences et ateliers en ligne, vidéos, outils, fiches techniques en PDF, rejoignez notre Club privé. Pour un investissement très raisonnable (moins de 200€ pour 6 mois avec un mois offert), vous serez soutenus et nourris dans votre développement personnel.

>> je veux en savoir + sur le Club privé « Académie du Leadership humaniste »

Vous pouvez aussi choisir d’accéder à mon prochain coaching live du club gratuitement: celui de demain est complet, (mardi 21/07 à 13h), posez votre candidature pour participer à la session de septembre!

>> j’accède du prochain coaching live

Ce matin il m’importait de vous alerter sur le terrible sujet du déni, de vous donner quelques repères…toujours utiles pour une piqûre de rappel… bon réveil!!

Avec toute mes encouragements à vivre pleinement,
Laurence Arpi